Traductions en cours

Musée des Beaux-arts d'Orléans

Laurent DE LA HYRE - Allégorie de l’Astronomie

1649, Huile sur toile, 104 cm x 218,5 cm


Représentant l’allégorie de l’astronomie en douce figure ailée au visage rond et aux gestes délicats, cette œuvre fait partie d’une série toiles représentant les arts libéraux qui constituaient le décor d’une pièce de l’hôtel Tallemant.

Assise au milieu des symboles de la discipline (le compas, la sphère armillaire, le cadran solaire et une éphéméride rédigée sur une feuille libre), la figure ailée est vêtue d’un manteau bleu évoquant le firmament. Ce dernier est composé de pigments de lapis-lazuli pratiquement purs, mis en évidence par l’infrarouge fausse couleur où ils apparaissent colorés en rose très soutenu.

Lors de son arrivée au sein de notre atelier, l’œuvre était couverte d’une couche de poussière et de dépôts divers ayant parfois provoqué la formation d’un encrassement. Le film pictural était stable et ne présentait aucun défaut d’adhérence.

Préalablement à toute intervention, l’œuvre déposée de son cadre a été dépoussiérée face et revers, à l’aide d’un aspirateur a faible aspiration (aspirateur muséal muni de filtre HEPA) et de pinceaux souples. Une attention particulière a été apportée au revers de la toile ainsi qu’aux chanfreins dans lesquels les accumulations de crasse se faisaient plus importantes.

Une campagne de tests de nettoyage, attentive et rigoureuse, a été réalisée afin d’établir un protocole de nettoyage, qui s’est finalement basé sur un mélange ligroïne/éthanol en proportions respectives de 60 et 40%

La réintégration illusionniste nous a semblé le protocole le plus adapté au rétablissement de la lisibilité. Un repiquage très précis en glacis a donc été réalisé à l’aide de gammes de couleurs prêtes à l’emploi de la marque Maïmeri©. Cette intervention a permis de recréer le lien entre les parties présentant un degré d’usure ou un aspect différent, rétablissant ainsi l’équilibre de la composition.

La réflectographie infrarouge a permis de mettre en évidence les repentirs (doigts de la main gauche, structure du drapé, bouche) ainsi que les différentes phases de l’élaboration de la composition. L’infrarouge fausse couleur (IRFC) nous renseigne quant à lui sur les pigments utilisés, ainsi : la fontaine en pierre serait exécutée à l’aide d’ocre rouge et jaune ; le manteau, d’un rose flamboyant sur le cliché IRFC, témoigne de l’utilisation du lapis-lazuli ; dans le ciel on suppose la présence de smalt et de lapis-lazuli, modulé par du blanc de plomb et des terres ; certaines parties de la végétation, comme la branche située au-dessus de l’aile droite de l’astronomie, témoignent d’un pigment vert au cuivre de type malachite.


Durée des travaux : 5 mois
Montant du marché : 8 600 € HT
Maîtrise d’ouvrage : Musée des Beaux-arts d’Orléans
Maîtrise d’œuvre : Musée des Beaux-arts d’Orléans