Traductions en cours

Collection particulière

Cesare MAGNI - Vierge à l’enfant

1523, Huile sur bois, 74 cm x 56,6 cm


Le support est constitué d’une planche de peuplier d’un seul tenant d’environ 2,5 cm d’épaisseur.

Le dos, teinté, présente des traces transversales de riflard, sort de rabot à fer courbe utilisé pour dresser grossièrement une surface. Au recto, les bords inferieur et latéral gauche présentent un bord non-peint recouvert ultérieurement par une peinture brune débordant sur la couche picturale. Une signature est présente en bas de l’image peinte à dextre : CAESAR M/1523.

Une couche de préparation, probablement composée de blanc de plomb mêlé à un liant huileux, est posée directement sur le panneau. Il semble que cette dernière ait été appliquée alors que le panneau se trouvait dans un raidisseur, comme indiqué par la présence d’une légère barbe (amas de préparation) sur le périmètre.

Le cliché infrarouge permet de mettre en évidence la présence d’un dessin préparatoire, exécuté avec une technique mixte : sèche (pierre noire, pointe d’argent, fusain) et liquide (pinceau avec un lavis). On y relève quelques modifications, comme certains ajustements sur les contours de l’enfant et le manteau bleu de la Vierge.

La radiographie a permis de détecter une composition sous-jacente, peinte dans le sens opposé du tableau actuel. Il s’agit d’une iconographie du Saint Jérôme : le « Saint Jérôme pénitent ». Le Saint ramasse une pierre pour se frapper la poitrine, en imitation des douleurs du Christ. La grande lisibilité de certains détails permet de suggérer un travail assez abouti.

Le cliché IRFC (infrarouge fausse couleur) permet d’avancer des hypothèses quant à l’utilisation de certains pigments : le ciel et le paysage sont obtenus à partir d’azurite naturelle et de blanc de plomb ; le manteau bleu de la Vierge est également peint avec de l’azurite, en utilisant probablement des terres pour les plis ; le rideau vert révèle l’emploi de malachite (pigment au cuivre) ; la robe rouge de la Vierge est constituée de pigments en laque rouge (Garance, Kermès ou Madère) ; les carnations sont exécutées à partir d’un mélange de blanc de plomb, de vermillon ou de laque rouge et d’ocre jaune ; les cheveux contiennent de l’ocre jaune et du vermillon.


Durée des travaux :
Montant du marché :
Maîtrise d’ouvrage :
Maîtrise d’œuvre :